Archive pour décembre 2011

22
Déc
11

Ah Limbo ouééé !!!

« Dans les limbes, terribles limbes, un garçon est entré / In-qui-et pour sa sœu-œu-œur, il se lance à sa recherche »… Auréolé d’un nombre impressionnant de récompenses (plus de 90, selon le site de Playdead), et ayant rencontré un succès remarquable auprès du public (plus d’un million d’exemplaires vendus sur Xbox 360, PlayStation 3 et PC), Limbo est maintenant disponible sur Mac OS.

Ce jeu de plate-forme a priori très classique -faire avancer le personnage dans les niveaux en interagissant avec des objets-, et au synopsis tenant sur une ligne (cf. le début de ce billet), se distingue par une esthétique particulière dans la mesure où les graphismes se déclinent sur une variété de nuances de noir et de blanc. Visuellement, l’ambiance dégagée par Limbo est assez singulière et sort en tout cas de l’ordinaire. C’est, pourrait-on dire, l’antithèse d’un autre jeu de plate-forme et d’action sorti récemment, Trine 2, qui explose au contraire de couleurs et d’effets visuels flamboyants pour, là aussi, un résultat très réussi. Au sujet de l’usage du noir et blanc dans les jeux vidéo, on trouvera un article éclairant dans IG Magazine numéro 15 (août-septembre 2011, p. 202-207).

Limbo n’est, pour l’instant, disponible que sur le Mac App Store, au prix de 7,99 euros, une version Steam devant suivre vers la mi-janvier.

14
Déc
11

The Humble Indie Bundle 4 : retour aux fondamentaux

La quatrième édition du Humble Indie Bundle est sur les rails, et pour clore en beauté cette année, les organisateurs ont sorti le grand jeu. Ce sont en effet sept titres qui se trouvent dans la hotte de cette compilation, cinq étant livrés quel que soit le montant de votre achat, et deux étant rajoutés en bonus si vous payez plus que la moyenne (5,32 $ à l’heure actuelle).

La recette n’a pas changé : les jeux sont multiplate-formes -ils sortent pour l’occasion sur GNU/Linux-, garantis sans DRM, téléchargeables à volonté, et servent aussi pour la bonne cause, puisqu’une partie des dons peut (selon le bon vouloir des l’acheteur) être affectée à des associations caritatives. La seule différence avec les précédents bundles est que c’est la Croix-Rouge américaine qui a été choisie pour accompagner le Child’s Play Charity, ce qui est une bonne chose : si les Humble Indie Bundles sont plus fréquents, il apparaît judicieux de faire varier les associations qui bénéficient de la générosité des joueurs.

Parmi les titres de cette compilation, trois sortent particulièrement du lot :

  • le shoot’em up Jamestown, noté 8/10 dans Canard PC ;
  • le jeu de plate-forme Super Meat Boy, gratifié d’un rare 9/10 ;
  • et BIT.TRIP.RUNNER, quatrième épisode de la série des BIT.TRIP.
  • Les autres jeux proposés sont NightSky, un jeu de plate-forme/puzzle (qui a récolté un petit 5/10), Gratuitous Space Battles (combat spatial stratégique, 6/10, Shank (arcade/baston très sanglant, 4/10, mais très bien noté par ailleurs) et Cave Story+, sorti tout récemment.

    C’est donc un cru de grande qualité (qui atteint plus de 100 $ en valeur cumulée), et les joueurs ne s’y sont pas trompés, puisque en à peine vingt-quatre heures, plus de 200000 compilations ont été vendues. À ce rythme, et sachant qu’il reste encore treize jours et des poussières, tous les records devraient être battus.

    02
    Déc
    11

    Duel d’Indie Bundles

    À ma gauche, le challenger The Indie Royale qui affiche ses biscottos avec son Really Big Bundle comprenant cinq jeux : Really Big Sky, Runespell: Overture, Cthulhu Saves the World, Eufloria et Breath of Death VII. The Indie Royale maintient sa tactique agressive en proposant une compilation tous les quinze jours et un mode de contribution bien particulier, puisque le prix du bundle augmente si les acheteurs ne paient que le prix minimum, alors qu’il baisse si la valeur est plus élevée que la moyenne. Mais, à y bien regarder, derrière ces crocs de jeune loup ambitieux, se cache un peu de gonflette. Les jeux ne sont pas, en effet, multiplate-formes, mais essentiellement destinés à Windows : seul Runespell: Overture tourne aussi sur Mac, GNU/Linux n’étant pas du tout de la fête.

    À ma droite, le champion en titre, The Humble Bundle, qui regarde avec méfiance la jeune garde rêvant de prendre sa place, et qui a dû, en conséquence, s’adapter et accroître le rythme de ses apparitions. Pour affronter son concurrent, il s’est appuyé sur une équipe de choix, avec quatre titres de l’éditeur Introversion : Uplink, Darwinia, DEFCON et Multiwinia. Trois renforts sont venus compléter le groupe (à condition de contribuer au-dessus de la moyenne) : Crayon Physics Deluxe, Aquaria (tous deux déjà proposés dans des précédents Humble Bundles), et une recrue de choix, en la personne (numérique) de Dungeons of Dreadmor, un rogue-like qui jouit d’une certaine popularité.

    Le combat vient à peine de commencer que le Really Big Bundle se retrouve à terre, défait par la puissance de frappe du Humble Introversion Bundle, qui non content de proposer, comme à l’accoutumée, des jeux multiplate-formes et de soutenir des associations caritatives, a aussi offert le code source des quatre titres de l’éditeur. Le champion en titre garde donc sa couronne, le seul bémol, si l’on peut dire, étant que la moyenne des dons est en baisse relative comparée à celle des précédentes éditions. Mais il ne fallait pas être grand clerc pour prévoir que des compilations sortant à date plus rapprochée allaient entraîner une participation moindre des contributeurs. Cependant, du moment que tous les acteurs (organisateurs, développeurs, associations et joueurs) y trouvent leur compte…