Archive pour octobre 2012

27
Oct
12

GOG.com : le Mac se la joue rétro

Après Steam en 2010 et Desura il y a quelque mois, c’est un nouvel acteur de la distribution de jeux vidéo en ligne qui a annoncé sa décision de se mettre au Mac. Lors d’une conférence tenue le 18 octobre dernier, CD Projekt a confirmé les rumeurs sur la « nouvelle direction » qui allait être prise par le site de vente en ligne GOG.com.

Connue au départ sous le nom de Good Old Games, la plate-forme de téléchargement est spécialisée dans la vente de jeux anciens, qui peuvent ainsi tourner directement sur Windows sans passer par un quelconque système d’émulation. Plus de 400 titres sont disponibles, généralement vendus autour de 6 $ en temps normal. On y trouve de très (très) vieux titres, antédiluviens à l’échelle de l’histoire des jeux vidéo, à l’instar des premiers Ultima (attention les yeux), et de manière générale, des classiques qui ont marqué les décennies 1980 et 1990. Depuis le mois d’avril dernier, GOG.com a élargi son catalogue à des jeux plus récents, le plus souvent indépendants, comme Legend Of Grimrock (qu’on attend toujours sur Mac, au passage) ou Anomaly Warzone Earth.

Le grand avantage des jeux proposés par GOG.com, par rapport à Steam par exemple, est qu’ils sont sans DRM et qu’on peut les télécharger et les installer sur toutes les machines que l’on possède sans aucune limite. On notera au passage que l’inscription sur le site est tout sauf intrusif, puisqu’une simple adresse électronique suffit : nul besoin de numéro de téléphone ou de l’adresse de son domicile. Si vous n’êtes pas convaincu de la nocivité des DRM, cette histoire au sujet du Kindle d’Amazon vous fera peut-être changer d’avis.

Les possesseurs de Mac peuvent donc désormais s’adonner aux joies du retrogaming en mode natif. Pour l’heure, plus de 60 titres sont proposés sur GOG.com, dont plus de la moitité pour la première fois sur Mac OS X. On y retrouve de vieilles gloires, telles que SimCity 2000, Syndicate, Populus ou encore Fallout. On ne peut toutefois pas s’empêcher de rester interdit devant les configurations nécessaires pour jouer à ces antiquités (au noble sens du terme). L’âme de mon Quadra 650 avec ses 8 Mo de mémoire et son processeur à 33 Mhz doit doucement rigoler en voyant qu’il faut désormais un Intel Core Duo avec 1 Go de RAM pour faire tourner SimCity 2000.

Parmi les titres récents figurent des productions indépendantes telles que Botanicula d’Amanita Design (les développeurs de Machinarium) ou Faster Than Light, fraîchement sorti. CD Projekt a d’ailleurs profité de la conférence pour annoncer la disponibilité sur Mac de sa dernière (grosse) production en date, à savoir The Witcher 2: Assassins of Kings Enhanced Edition, un RPG-action de grande renommée (9/10 dans le numéro 235 de Canard PC).

Contrairement à Steam, les jeux GOG.com ne nécessitent pas un logiciel client pour être achetés et lancés. Mais l’éditeur propose un gestionnaire de téléchargement, totalement optionnel, qui permet d’accélérer lesdits téléchargements, de reprendre ceux qui ont été interrompus ou de recevoir des notifications de mises à jour des jeux. Pour l’avoir essayé en téléchargeant le premier épisode de The Wicher, le système est efficace et permet d’obtenir des gains de vitesse réels.

L’arrivée de GOG.com sur le système d’Apple laisse cependant un goût amer aux utilisateurs de GNU/Linux, dont beaucoup étaient persuadés, ou du moins espéraient, que l’annonce de CD Projekt allait concerner leur plate-forme. En effet, le support de GNU/Linux fait partie des demandes les plus insistantes sur la page de souhaits de GOG.com, bien avant, d’ailleurs, celui de Mac OS. On peut penser que CD Projekt a voulu se montrer pragmatique et privilégier un système d’exploitation ayant plus de parts de marché, et que le support de GNU/Linux interviendra dans un second temps (qu’on espère le plus court possible). La demande, en tout cas, est bien là : il suffit de constater qu’à chaque Humble Indie Bundle, les utilisateurs de GNU/Linux sont systématiquement les plus gros donateurs.

Pour l’heure, il leur faudra donc encore passer par les systèmes d’émulation tels que Wine (ou ses front-ends commen PlayOnLinux) ou ScummVM pour ce qui est des vieux jeux d’aventure. Pour ce qui est du Mac, une partie du catalogue des jeux supportés par ces programmes (auxquels il faut ajouter Boxer) devient de fait obsolète. Ainsi, il n’est plus besoin de passer par PlayOnMac pour faire tourner Fallout. Mais ces logiciels n’en demeurent pas moins indispensables, ne serait-ce que parce qu’ils proposent des titres que GOG.com ne possède pas.

16
Oct
12

Spicilège vidéoludique

  • Supertuxkart, le jeu de voitures mettant en scène des mascottes de logiciels libres (Mozilla, Gimp, Darwin, FreeBSD, Linux…), devrait sortir en version 0.8 à la fin du mois d’octobre ou vers la mi-novembre. Amélioration de l’IA, circuits redessinés, nouvelle course contre Nolok (personnage qui est un peu l’antithèse du « héros » Tux) sont au menu de cette mouture qui intervient après un an de développement.
  • The Witcher : Enhanced Edition a été mis à jour pour Mac. Le correctif (1.6.2) apporte la compatibilité avec les dernières versions en date de Mac OS Lion (10.7.5) et Mountain Lion (10.8.2).
  • Feral Interactive continue sa petite entreprise de mise à niveau de la ludothèque Mac en proposant, pour la fin de l’année, Sid Meier’s Railroads!, jeu de gestion ferroviaire qui reprend les principes de son illustre prédécesseur Railroad Tycoon, sorti en 1990. Vous pouvez aussi considérer cette annonce comme la poursuite du raclage des fonds de tiroir par l’éditeur, dans la mesure où le titre est apparu sur PC en… 2006, ce qui n’empêche pas qu’il sera vendu sur Mac à environ 25 euros, alors qu’on peut le trouver sur Windows pour moitié prix.
  • Le site de vente en ligne Mac Game Store a sorti une application permettant, à l’instar de celle de Steam, d’acheter, de télécharger et de maintenir à jour les jeux achetés dans le catalogue du site. Le programme propose aussi un service qui détecte automatiquement si votre machine possède la configuration minimale pour un jeu.