Archive for the 'Actualités GNU/Linux' Category

31
Jan
13

Spicilège vidéoludique (4)

  • Après R.U.S.E, sorti il y a un peu plus d’un an, c’est au tour de Wargame: European Escalation de voir le jour sur Mac. Œuvre des Français d’Eugen Systems, il s’agit, comme son prédécesseur, d’un jeu de stratégie en temps réel centré sur la période de la Guerre froide, et qui envisage un conflit entre les troupes de l’OTAN et celles du Pacte de Varsovie, d’abord en Allemagne de l’Est puis à l’échelle de l’Europe. Le titre se distingue par son moteur IRISZOOM qui permet de zoomer et de dézoomer de manière très fluide sur le champ de bataille et de passer en un clin d’œil d’une vue aérienne globale aux affrontements au plus près des unités. Celles-ci sont au nombre de 300, toutes modélisées en respectant leurs caractéristiques réelles. Wargame: European Escalation a bénéficié d’un très bon accueil sur Windows, obtenant, par exemple, 8/10 dans Canard PC. Le dernier numéro du bimensuel consacre d’ailleurs sa rubrique « On y joue encore » au jeu et aux DLC qui ont suivi sa parution.
  • 2012 a été une très bonne année pour Almost Human. Le studio finlandais a des raisons de se féliciter, dans la mesure où son premier titre, Legend of Grimrock, a rencontré un très bon succès critique et public, s’écoulant à 600 000 exemplaires, et ce alors que les développeurs s’attendaient à seulement un dixième de ces ventes. Et encore s’agit-il là principalement de ventes sur Windows, le jeu étant sorti en toute fin d’année pour Mac OS X et GNU/Linux.
  • Crusader Kings est donc finalement bien sorti (cf. billet précédent) sur Steam pour GNU/Linux, et il n’est pas venu tout seul, puisque plusieurs extensions l’accompagnent, parmi lesquelles Sword of Islam (centré sur le monde musulman), Legacy of Rome (qui concerne l’Empire byzantin) et The Republic (qui met l’accent sur les grandes cités commerciales du Moyen Âge, telle que Venise).
  • Publicités
    07
    Jan
    13

    Des jeux Paradox bientôt sur GNU/Linux ?

    Après une phase de beta test fermée, Valve a lancé, fin décembre, son client Steam pour GNU/Linux. Toujours en rôdage, cette version est néanmoins accessible à tous, à condition toutefois d’utiliser Ubuntu (12.04 minimum). Pour les autres distributions, qui ne sont pas « officiellement supportées » (mais Valve y travaille), il faudra mettre la main dans le cambouis (cf. ce tutoriel pour Debian, par exemple).

    Pour l’heure, une quarantaine de titres (DLC y compris) sont disponibles sur la boutique en ligne, principalement des jeux indépendants, tels que F.T.L., Unity of Commad, Trine…), une partie d’entre eux existant déjà auparavant pour GNU/Linux, notamment ceux présents dans les différents Humble Bundles (Amnesia: The Dark Descent, World of Goo, Dungeons of Dredmor…). Toutefois Team Fortress (Valve), bien qu’il apparaisse en une de la page consacrée à Linux, ne peut pour l’instant être acheté. De même, Left 4 Dead 2 n’apparaît pas dans la sélection, alors qu’il était mis en avant par Valve, l’été dernier, pour illustrer le développement de la version GNU/Linux du client Steam.

    Le catalogue devrait cependant s’enrichir bientôt d’un poids lourd en matière de jeu de stratégie. Selon le site Gaming on Linux, citant une discussion sur le forum de Paradox Interactive, des jeux de cet éditeur vont faire leur apparition sur Linux. Il y est notamment question de Crusader Kings 2, sorti il y a quelques mois sur Windows et Mac, et d’Europa Universalis IV, encore en développement.

    Or, sur le site non-officiel Steam Apps Database, on s’aperçoit précisément que Crusader Kings 2 a fait son apparition dans la liste des jeux marqués du mot-clé Linux, et la fiche du jeu ne semble pas devoir laisser beaucoup de doutes. Ce serait en tout cas un signe très encourageant pour GNU/Linux qu’un éditeur tel que Paradox Interactive soutienne le développement de jeux sur cette plate-forme.

    27
    Déc
    12

    Humble Bundle Inc. souffle le chaud et le froid

    Petit retour en arrière pour commencer. Il y a quelques semaines, les organisateurs du Humble Bundle ont lancé une de leurs opérations consacrées, comme cela arrive de temps en temps (Humble Frozenbyte Bundle, Humble Introversion Bundle), à un éditeur en particulier. Le bénéficiaire en question n’était autre que THQ, qui, comme vous le savez sûrement si le milieu du jeu vidéo ne vous laisse pas indifférent, n’a rien d’un éditeur indépendant. À cette première incartade par rapport aux valeurs fondatrices des Humble Bundles, axées sur les studios indépendants, se sont ajoutés deux autres reniements. En effet, les jeux proposés étaient non seulement réservés aux seuls possesseurs de Windows, mais, qui plus est, ils n’étaient accessibles qu’en passant par Steam, ce qui renvoyait aux oubliettes la règle de la non-utilisation des DRM.

    Il fallait s’y attendre, les responsables de Humble Bundle Inc. se sont pris une volée de bois vert en réaction, certains parlant de « déception », d’« abandon de principes » voire de « cupidité ». Les utilisateurs de Mac OS X et surtout de GNU/Linux, pouvaient, à juste titre, se sentir trahis, eux qui sont systématiquement les plus gros donateurs lors de ces opérations. Au final, la compilation fut un succès (un peu plus de 5 millions de dollars récoltés), mais elle n’aura pas permis de sortir THQ de ses lourdes difficultés financières, car on apprenait par la suite que l’éditeur se trouvait en situation de faillite. Néanmoins on se demande encore ce qui a poussé les membres de Humble Bundle Inc. à se lancer dans cette entreprise aux antipodes de leurs principes. De plus, à en croire cet échange avec un membre du site Gaming on Linux, ce genre de bundle serait amené à être renouvelé.

    En attendant, une nouvelle compilation a fait son apparition, cette fois-ci dûment estampillée « Indie ». Il s’agit de la septième de ce type, et, comme les précédentes, elle est multi-plateforme et sans DRM. À la base, elle propose quatre titres –Snapshot, Closure, Shank 2 et le revenant The Binding of Isaac accompagné de son extension Wrath of the Lamb– ainsi qu’Indie Game: The Movie, un documentaire qui montre le travail de plusieurs développeurs de jeux indépendants.

    Comme à l’accoutumée, si votre contribution dépasse la moyenne, vous aurez droit à des bonus. En l’occurrence, il s’agit de Dungeon Defenders et, surprise, de Legend of Grimrock, qui en profite pour faire ses débuts sur Mac et, surprise de nouveau, sur GNU/Linux. On n’avait, jusqu’alors, eu que très peu (voire pas du tout) d’écho sur le développement de cette version : l’annonce sur le site des développeurs du jeu est d’ailleurs le premier billet contenant le mot-clé « linux ». Cette sortie sur Mac et GNU/Linux s’accompagne d’une mise à jour du jeu et de l’éditeur de niveaux inclus.

    Le Humble Indie Bundle 7 est en ligne pour encore 6 jours. Pour l’heure, près de 300 000 compilations ont été vendues et près de 2 millions de dollars récoltés. Et, bien entendu, les utilisateurs de GNU/Linux et de Mac OS sont les plus généreux. À bon entendeur…

    20
    Déc
    12

    Fin du monde : GOG.com liquide (presque tout)

    Depuis la semaine dernière, le site GOG.com a commencé ses grandes promotions de vacances, lesquelles doivent durer jusqu’au 2 janvier 2013. La quasi totalité du catalogue est soldée, des opérations spéciales (comme des compilations thématiques) venant compléter chaque jour ces réductions. Pour fêterÀ l’occasion de… En cette veille d’une péripétie du calendrier maya, la plate-forme de distribution a décidé d’en remettre une couche en proposant pas moins de 19 compilations à des prix écrasés, et ce pour une durée de vingt-quatre heures (forcément !). Certaines ont déjà été proposées depuis le début des soldes : vous êtes donc conviés à une séance de rattrapage.

    La plupart de ces bundles sont composées de titres tournant exclusivement sur Windows, mais on peut dénicher de petites perles pour Mac, comme la « Bullfrog favourites », qui comprend notamment Syndicate, Dungeon Keeper, Magic Carpet ainsi que le mythique Populous, ou la très riche « Defend and Conquer Bundle ». À ces compilations, il faut rajouter deux titres qui subissent des coups de rabot marqués : la production maison The Witcher 2: Assassins of Kings (- 75 %) et FTL : Faster Than Light, proposé à moins 50 % (soit à un peu plus de 3,50 €). À ce prix-là, il est difficile de résister à ce jeu très intriguant (disponible aussi sous GNU/Linux, achat sur le site Internet des développeurs), qui a la particularité d’être un des premiers titres à sortir suite à une campagne de financement sur Kickstarter et qui bénéficie d’une excellente presse. De fait, il n’a pas fallu longtemps avant je ne cède aux sirènes de ce rogue-like spatial.

    27
    Oct
    12

    GOG.com : le Mac se la joue rétro

    Après Steam en 2010 et Desura il y a quelque mois, c’est un nouvel acteur de la distribution de jeux vidéo en ligne qui a annoncé sa décision de se mettre au Mac. Lors d’une conférence tenue le 18 octobre dernier, CD Projekt a confirmé les rumeurs sur la « nouvelle direction » qui allait être prise par le site de vente en ligne GOG.com.

    Connue au départ sous le nom de Good Old Games, la plate-forme de téléchargement est spécialisée dans la vente de jeux anciens, qui peuvent ainsi tourner directement sur Windows sans passer par un quelconque système d’émulation. Plus de 400 titres sont disponibles, généralement vendus autour de 6 $ en temps normal. On y trouve de très (très) vieux titres, antédiluviens à l’échelle de l’histoire des jeux vidéo, à l’instar des premiers Ultima (attention les yeux), et de manière générale, des classiques qui ont marqué les décennies 1980 et 1990. Depuis le mois d’avril dernier, GOG.com a élargi son catalogue à des jeux plus récents, le plus souvent indépendants, comme Legend Of Grimrock (qu’on attend toujours sur Mac, au passage) ou Anomaly Warzone Earth.

    Le grand avantage des jeux proposés par GOG.com, par rapport à Steam par exemple, est qu’ils sont sans DRM et qu’on peut les télécharger et les installer sur toutes les machines que l’on possède sans aucune limite. On notera au passage que l’inscription sur le site est tout sauf intrusif, puisqu’une simple adresse électronique suffit : nul besoin de numéro de téléphone ou de l’adresse de son domicile. Si vous n’êtes pas convaincu de la nocivité des DRM, cette histoire au sujet du Kindle d’Amazon vous fera peut-être changer d’avis.

    Les possesseurs de Mac peuvent donc désormais s’adonner aux joies du retrogaming en mode natif. Pour l’heure, plus de 60 titres sont proposés sur GOG.com, dont plus de la moitité pour la première fois sur Mac OS X. On y retrouve de vieilles gloires, telles que SimCity 2000, Syndicate, Populus ou encore Fallout. On ne peut toutefois pas s’empêcher de rester interdit devant les configurations nécessaires pour jouer à ces antiquités (au noble sens du terme). L’âme de mon Quadra 650 avec ses 8 Mo de mémoire et son processeur à 33 Mhz doit doucement rigoler en voyant qu’il faut désormais un Intel Core Duo avec 1 Go de RAM pour faire tourner SimCity 2000.

    Parmi les titres récents figurent des productions indépendantes telles que Botanicula d’Amanita Design (les développeurs de Machinarium) ou Faster Than Light, fraîchement sorti. CD Projekt a d’ailleurs profité de la conférence pour annoncer la disponibilité sur Mac de sa dernière (grosse) production en date, à savoir The Witcher 2: Assassins of Kings Enhanced Edition, un RPG-action de grande renommée (9/10 dans le numéro 235 de Canard PC).

    Contrairement à Steam, les jeux GOG.com ne nécessitent pas un logiciel client pour être achetés et lancés. Mais l’éditeur propose un gestionnaire de téléchargement, totalement optionnel, qui permet d’accélérer lesdits téléchargements, de reprendre ceux qui ont été interrompus ou de recevoir des notifications de mises à jour des jeux. Pour l’avoir essayé en téléchargeant le premier épisode de The Wicher, le système est efficace et permet d’obtenir des gains de vitesse réels.

    L’arrivée de GOG.com sur le système d’Apple laisse cependant un goût amer aux utilisateurs de GNU/Linux, dont beaucoup étaient persuadés, ou du moins espéraient, que l’annonce de CD Projekt allait concerner leur plate-forme. En effet, le support de GNU/Linux fait partie des demandes les plus insistantes sur la page de souhaits de GOG.com, bien avant, d’ailleurs, celui de Mac OS. On peut penser que CD Projekt a voulu se montrer pragmatique et privilégier un système d’exploitation ayant plus de parts de marché, et que le support de GNU/Linux interviendra dans un second temps (qu’on espère le plus court possible). La demande, en tout cas, est bien là : il suffit de constater qu’à chaque Humble Indie Bundle, les utilisateurs de GNU/Linux sont systématiquement les plus gros donateurs.

    Pour l’heure, il leur faudra donc encore passer par les systèmes d’émulation tels que Wine (ou ses front-ends commen PlayOnLinux) ou ScummVM pour ce qui est des vieux jeux d’aventure. Pour ce qui est du Mac, une partie du catalogue des jeux supportés par ces programmes (auxquels il faut ajouter Boxer) devient de fait obsolète. Ainsi, il n’est plus besoin de passer par PlayOnMac pour faire tourner Fallout. Mais ces logiciels n’en demeurent pas moins indispensables, ne serait-ce que parce qu’ils proposent des titres que GOG.com ne possède pas.

    16
    Oct
    12

    Spicilège vidéoludique

  • Supertuxkart, le jeu de voitures mettant en scène des mascottes de logiciels libres (Mozilla, Gimp, Darwin, FreeBSD, Linux…), devrait sortir en version 0.8 à la fin du mois d’octobre ou vers la mi-novembre. Amélioration de l’IA, circuits redessinés, nouvelle course contre Nolok (personnage qui est un peu l’antithèse du « héros » Tux) sont au menu de cette mouture qui intervient après un an de développement.
  • The Witcher : Enhanced Edition a été mis à jour pour Mac. Le correctif (1.6.2) apporte la compatibilité avec les dernières versions en date de Mac OS Lion (10.7.5) et Mountain Lion (10.8.2).
  • Feral Interactive continue sa petite entreprise de mise à niveau de la ludothèque Mac en proposant, pour la fin de l’année, Sid Meier’s Railroads!, jeu de gestion ferroviaire qui reprend les principes de son illustre prédécesseur Railroad Tycoon, sorti en 1990. Vous pouvez aussi considérer cette annonce comme la poursuite du raclage des fonds de tiroir par l’éditeur, dans la mesure où le titre est apparu sur PC en… 2006, ce qui n’empêche pas qu’il sera vendu sur Mac à environ 25 euros, alors qu’on peut le trouver sur Windows pour moitié prix.
  • Le site de vente en ligne Mac Game Store a sorti une application permettant, à l’instar de celle de Steam, d’acheter, de télécharger et de maintenir à jour les jeux achetés dans le catalogue du site. Le programme propose aussi un service qui détecte automatiquement si votre machine possède la configuration minimale pour un jeu.
  • 27
    Sep
    12

    Humble Indie Bundle, acte 6

    Cela fait quelques jours que l’opération a commencé, mais vous commencez à en avoir l’habitude, puisqu’il s’agit du sixième de genre (si l’on ne prend pas en compte les bundles liés à un éditeur ou un jeu en particulier). Le Humble Indie Bundle de l’automne est donc de sortie, et ne déroge en rien aux recettes qui ont fait son succès : zéro DRM, jeux Windows, Mac OS X et GNU/Linux, soutien à des associations caritatives. Après le succès du précédent Indie Bundle, qui avait battu tous les records de vente (environ 5 millions de dollars), on attendait les organisateurs au tournant pour voir s’ils allaient être capables de réitérer une offre d’aussi grande qualité. Force est de constater qu’il s’en sortent avec les honneurs.

    Cinq titres sont proposés dans l’offre de base : Rochard, un jeu de plate-forme mâtiné de puzzles, Shatter, un casse-briques nouvelle génération, Space Pirates and Zombies, du combat spatial vu dessus, Vessel, un (autre) jeu de plate-forme mâtiné puzzles (oui, c’est un genre très prisé dans ces bundles). La cerise sur le gâteau est le RPG-action à tendance hack-and-slash Torchlight, créé par des anciens de Diablo en 2009 (le deux vient d’ailleurs de sortir). Le jeu fait, à cette occasion, ses débuts sur GNU/Linux.

    Comme à son habitude, la compilation a été enrichie, en cours de route, de plusieurs autres jeux, accessibles à condition de payer plus que la moyenne des dons. BIT.TRIP.RUNNER, Gratuitous Space Battles et Jamestown font figure de revenants, tandis que Wizorb, mélange de casse-briques et de RPG (si, si, vous avez bien lu), et Dustforce, un jeu de plate-forme qui donnera une autre dimension au simple balai qui traîne dans votre placard, font leur apparition.